Edito avril 2022

LA LETTRE DES AMIS DE LA MAISON DES FRERES
avril 2022–lettre N° 32

« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis »

Antoine de SAINT EXUPERY

Chers amis, nous choisissons d’ouvrir cette lettre avec une bonne nouvelle : notre ami Géraud a obtenu la nationalité française juste avant les élections présidentielles. Il a ainsi pu s’acquitter de ses nouveaux droits de citoyen en votant à Louviers dès le premier tour.
Nous avons tous vécu douloureusement ces dernières semaines, dans la sidération de l’invasion de l’Ukraine ; mais rapidement, certains d’entre nous se sont investis, à leur niveau, dans des opérations humanitaires de proximité ou plus lointaines ; sans déroger pour autant à la gestion de la Maison de Lomé, qui reste une tâche de chaque jour tant sur le plan de la vie des jeunes que sur les problèmes de gestion des finances. Une difficulté provisoire de transfert de l’argent au Togo a généré des échanges nombreux par visio-conférences et WhatsApp entre membres du bureau pour régler au mieux le problème.
Ceci expliquant cela, la publication de cette lettre s’en est trouvée légèrement différée, ce dont nous vous prions de nous excuser.
La Maison « tourne » bien. Chacun y assume ses responsabilités. Barnabé et Didier la font vivre au sens premier du terme, c’est-à-dire qu’ils en assurent l’entretien, font les courses et la cuisine pour tous, en plus de leurs activités propres. Les jeunes continuent à communiquer individuellement avec nous sur leurs réalisations, leurs projets et des demandes concrètes, auxquelles nous accédons… ou pas ! Mais ils restent tous proches et attachés à la Maison. L’internet que nous avons fait installer fonctionne et nous projetons un large échange en visio entre les jeunes au Togo et le trio Pierre Emmanuel, Jean-Pierre et Pascal  qui les connaissent individuellement. En attendant un voyage sur place de l’un d’entre nous.
Car les énergies ont parfois besoin d’être boostées et les choses dites avec fermeté, voire insistance : en particulier que la vocation de l’AMF n’est pas de laisser s’installer des « rentes de situation » pour les anciens, mais d’ouvrir la porte à de nouveaux jeunes en difficultés, selon les critères que nous avons définis : acceptation de la différence, du vivre ensemble et financement d’un projet personnel ou collectif crédible et raisonnable qui conduise à leur autonomisation.
Par ailleurs, et le danger n’est pas nouveau, nous venons d’être informés d’un regain d’activité homophobe et belliqueuse sur les réseaux sociaux. La peur s’est réinstallée dans les esprits, troublant à cet égard une tranquillité relative depuis plusieurs mois, les inquiétudes s’étant polarisées sur la pandémie. Le vivre ensemble, cher au Père fondateur de l’AMF, est à nouveau mis à mal. Dans l’immédiat, il s’agit pour nos jeunes de rester discrets, vigilants et de ne pas répondre aux provocations.
Certes, les stigmatisations et les menaces dont ils sont les victimes cesseront peu à peu avec l’évolution des esprits. Mais ce sera sans doute plus long et plus difficile dans leur pays. Ils doivent donc comprendre que cette évolution passe essentiellement par eux et par le courage qu’ils mettront à se construire dans le calme la confiance et le travail. Et dans la certitude absolue que c’est là que résident leur force et leurs armes pour se faire respecter.
L’ADN de notre association est aussi dans cet accompagnement. Votre soutien financier autant que moral, votre engagement à nos côtés nous sont plus que jamais nécessaires, Chers Amis de l’AMF. En ce moment particulier où les passions et les haines s’exacerbent, gardons l’espoir d’un monde meilleur et apaisé où chacun trouvera sa place dans la dignité et l’altérité.

Aline LEFLANCHEC, membre du BUREAU AMF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.